En 1720, à l’emplacement d’anciennes forteresses médiévales (incendiées en 1404 et 1704), Jean-Baptiste Thomas marquis de Pange
fait construire le château actuel, aujourd’hui encore habité par ses descendants. À Pange, c’est toujours un membre de la famille qui accueille les visiteurs et évoque pour eux 400 ans d’histoire :

Depuis l’anoblissement, en 1626, de Pierre Thomas :
chancelier de Lorraine, par le duc Charles IV « pour plus de 300 ans de services rendus, par sa famille, à la Lorraine ».

En passant par la Révolution Française avec le destin de trois frères :

  • Louis, compagnon de Lafayette à York-Town et mort pour le roi en Vendée.
  • François, le démocrate, ami du poète André Chénier et aimé de Madame de Staël.
  • Jacques, le petit dernier, seul survivant de cette tourmente, devenu chambellan de Napoléon, accueillant l’impératrice Marie-Louise à Pange en 1812.
     

Jusqu’à l’époque plus récente de l’engagement de deux Jean de Pange :

  • Le comte Jean de Pange, ami de Robert Schumann, homme de lettres, historien et germaniste éclairé dans la quête d’union des peuples d’Europe.
  • Son neveu, neuvième marquis de Pange, ayant rejoint Londres en juin 1940, engagé dans le combat de la France Libre, en Afrique, comme officier-navigateur dans le groupe Lorraine, puis, en Russie, comme pilote de liaison dans l’escadrille Normandie-Niemen.

« Les heures sont des fleurs l'une après l'autre écloses
Dans l'éternel hymen de la nuit et du jour
Il faut donc les cueillir comme on cueille les roses
Et ne les donner qu'à l'amour »

gérard de nerval

Index